La patience : Une vertu du passé

De nos jours, la patience est une vertu largement surévaluée. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les mérites de la patience appartiennent à une autre époque. Il y a 100 ans, pour savoir la température qu’il ferait, il fallait simplement attendre au lendemain. Les gens communiquaient par la poste. À cette époque, pour trouver une information, il fallait trouver le bon livre ou un expert dans le domaine. De plus comme les ressources étaient rares, il était coûteux de rater son coup.

Aujourd’hui, en contraste, il faut moins de temps pour envoyer un message dans un pays étranger que pour rassembler les éléments nécessaires pour écrire une lettre. Il est possible de demander verbalement à son téléphone combien il y a de calories dans un «Big Mac» et d’avoir l’information exacte instantanément. De plus, beaucoup de ressources sont si abondantes et peu coûteuses que nous pouvons nous permettre de nous tromper quelquefois avant d’arriver résultat final.

Pourquoi parler de ça ? Parce qu’au 21ième siècle, la patience a été remplacée par l’urgence. Beaucoup de gens attendent que les choses leur arrivent plutôt que de se lever et d’aller les chercher. Ceux-ci sont gravement pénalisés par le marché. Trop de décisions sont remises à plus tard en attente d’une plus grande certitude alors qu’en réalité :

1. Le temps n’empêche personne de se tromper

Le pire d’attendre et de réévaluer une décision trop de fois est de réaliser que malgré tout le processus, nous avons tout de même fait le mauvais choix. Le temps ne fait que donner plus d’espace à l’insécurité pour s’installer sans garantir définitivement qu’on va prendre la bonne décision.

2. Plus vite on prend une décision, plus vite on peut en connaitre son effet :

Dans un marché qui bouge aussi rapidement, deux actions similaires peuvent avoir des issues totalement différentes. La seule façon de savoir avec certitude est donc de foncer. Plus on attend, plus de temps est investi dans la décision. Elle devient alors plus coûteuse, peu importe son résultat.

En conclusion, la patience est une vertu dépassée. Si une opportunité semble intéressante, on fonce. Ce n’est pas nécessairement en affaires : une personne qui nous plaît, un emploi/promotion, ou un voyage à l’étranger sont tous des exemples d’occasions ou la patience ne va qu’aider les autres à nous damer le pion.

Il est donc temps de passer à l’action.