Catégorie : Motivation

Entrepreneurship Motivation

Mon 10 minutes avec : François Lambert

J’ai eu la chance de rencontrer Francois Lambert lors d’un événement immobilier auquel je participe 2-3 fois par année, Comme tout entrepreneur nous avons naturellement parler business. Je lui ai avoué ne pas avoir été super enjoué la première fois que j’ai lu le livre « À prendre ou à laisser : les conseils d’un dragon pour réussir » car au moment  j’étais en déssacord  par certains des concepts qui y était illustrés. Je démarrais mon entreprise à l’époque, sans partenaires et avec 0$. Comme je commençais tranquillement à décoller, je n’aimais pas l’idée que d’avoir un partenaire ou de l’argent mettais les chance de mon coté. Quelques années plus tard (et après quelques erreurs couteuses..) , j’opère la majorité des mes projets avec des partenaires et je préfère avoir un petit coussin pour me lancer dans une nouvelle aventure.

Voici dons les trois points que j’ai retenu lors de mon 10 minutes avec Francois Lambert !
1. Additionner c’est bien, multiplier c’est mieux !
Que ce soit avec vos partenaires d’affaires ou votre équipe de travail, il est toujours avantageux de trouver des gens qui ont des forces complémentaires aux vôtres. Si vous êtes fort en comptabilité, un autre comptable pourra renforcer vos connaissance, mais un bon vendeur par exemple vous donnera des ventes pour mettre votre comptabilité à l’épreuve. Dans le cas d’un partenaires l’avantage c’est qui ne le fera pas pour le salaire mais pour voir croitre la business que vous êtes en train de créer. François raconte qu’il a étudier en comptabilité et son partenaires en informatique mais que dans leur entreprise, ils ont inverser les rôles pour complété leurs forces et multiplier leurs résultats!
2. Le CPA – Le seul comptable qui va te donner un budget de pub illimité
Il y a une citation bien connu qui dit quelque chose du genre « 50% de votre marketing fonctionne et 50% non, le problème c’est que vous ne savez jamais lequel et lequel ». La solution à ce problème très répandu est d’établir quel est votre CPA (cost per acquisition) connu en français sous le nom de « coût d’acquisition de client ». Donc, combien vous coute l’acquisition d’un client en pub, frais de représentation, etc. Si vous pouvez trouvez ce chiffre, vous saurez alors combien vous pouvez vous permettre de dépenser en publicité !

Assez simple non, pourtant 99% des entreprises ne savent pas comment le calculer, alors il doivent se faire une budget marketing pour limité leurs pertes. Ils parlent de pub en terme de visibilité et non de nouvelle clientèle.. François étant investisseur en capital risque et investisseur dans plusieurs entreprise m’as dit que lorsqu’il rencontre une entreprise qui souhaite obtenir un investissement, c’est la première questions qu’il pose ! Alors si jamais vous avez la chance de lui faire un pitch voici la formule que vous devez connaitre !

(CPA + votre coût de production + les frais fixes) < Prix de vente
3. Quel est votre élément différenciateur?
La deuxième questions qu’il pose à n’importe quel entrepreneur et encore plus à quelqu’un qui cherche un investissement est, quel est votre élément différenciateur. Encore une fois, c’est une question piège ! Parce que le produits est bon ? Tous le monde s’attend à acheter un produit de qualité.. Parce que vous offrez un bon service ? Personne n’as jamais fait un pitch en disant que sont service était vraiment moyen.. Alors quel est votre élément différenciateur, idéalement quelque chose d’unique qui vous donne un net avantage sur vos compétiteur, ou encore trouver une faiblesse que tous vos concurrents ont en commun et vous en servir pour améliorer votre offre de service. Dans son entreprise de centre d’appel, François de intégrer la transparence dans un milieu mal vu du consommateur pour connaitre le succès qu’il a eu.

Donc quel est VOTRE élément différenciateur ?

Posted by yang
Éditorial Motivation

L’échec : Plus d’efforts que la réussite

Le succès fascine beaucoup de gens et même si plusieurs refusent de l’admettre, c’est un élément vital de la vie de tous et chacun. Cependant, en discutant du sujet, j’ai l’impression que le sujet est divisé en deux écoles de pensée :

Ceux qui pensent que c’est une question de chance ou de circonstances ( parents riches, intelligence innée, forme physique, talents..)
Ceux qui pensent que c’est une question de travail, d’efforts et de constance.

Bien que je dois avouer être définitivement du 2ième avis, je dois dire que j’ai ma propre idée sur le sujet. Si souvent on pense que travailler fort et avec constance nous apporte la solution, je vois beaucoup de gens avec cette attitude échouer lamentablement. Pourquoi ? Parce qu’ils ne focussent sur aucun but. Ils utilisent donc leurs énergies et ressources de façon inefficaces. Ils travaillent donc aussi fort que ceux qui réussissent, mais sans en récolter quoi que ce soit.

Exemple : Être en forme et avoir un surplus de poids

Le premier : utilise ses efforts pour prendre soin de lui. Il fait donc l’effort de bien manger, de faire suffisamment d’activité physique. Il se concentre sur une routine de vie lui permettant d’avoir le temps de faire ce lui plaît tout en se sentant bien dans sa peau. À long terme, cette routine ne nécessitera plus de discipline. Il peut maintenant vivre avec tous les avantages d’un corps en santé, sans réellement ressentir les efforts nécessaires pour le maintenir. C’est maintenant devenu une habitude.

Le second : utilise ses efforts pour traîner son surplus de poids chaque jour (un pas à la fois). Il fait des efforts supplémentaires chaque fois qu’il monte une marche. Il se concentre sur des façons de se vêtir pour cacher ses plis, d’expliquer pourquoi il ne peut perdre du poids et de maintenir sa confiance en soi. À long terme, il développera des problèmes de santé (physique et psychologique) dûs à son embonpoint. Il devra faire un effort supplémentaire pour continuer sa route avec ce bagage supplémentaire pour toujours.

Toujours d’avis qu’il faut travailler fort pour réussir ? Il est certain qu’il faut faire un effort supplémentaire, mais en réalité, l’effort est moindre que celui nécessaire pour vivre avec un échec. Donc, il paraît évident que tout est dans le focus qu’on dirige vers un but. Toujours pas convaincu ? Trouvons d’autres exemples :

*Académique : L’effort pour réussir un cours ou l’effort pour le refaire

*Financier : L’effort et la créativité pour trouver une façon honnête de bien gagner sa vie ou l’effort et la créativité nécessaire pour passer à travers une semaine (même un mois) sans un sou en poche

*Professionnel/Sportif : L’effort d’atteindre nos objectifs et de se dépasser ou de se poser la question à savoir si on avait pu le faire.

*Ami/Famille/Relation amoureuse : L’effort de prendre soin, d’aimer et surtout de respecter les gens qu’on aime, mais aussi de sortir de sa zone de confort pour faire de nouvelles connaissances, ou l’effort de passer le temps sans avoir personne avec qui partager autant les bons que les mauvais moments de nos vies.

Au final, nous sommes maitres de notre destinée et devons utiliser nos ressources intelligemment pour atteindre notre bonheur, peu importe ce qu’il implique. Tout est une question de comment nous focussons notre énergie.

Posez vous la question : Suis-je vraiment en train d’utiliser mon énergie au service de mon bonheur ou du maintien d’une mauvaise condition de vie ?

 

Posted by yang
Éditorial Motivation

Ce qu’on risque de perdre en se fixant des objectifs trop hauts

Les objectifs sont un peu comme la destination finale d’un voyage, donc même si la route pour s’y rendre peut être intéressante et enrichissante, au final, l’important est de se rendre au but. Maintenant, qu’en est-il de vos objectifs ? Beaucoup de gens travaillants et ambitieux semblent passer à coté de cette étape cruciale de leur développement personnel. Probablement parce que nous sommes conditionnés par la société à en faire «assez» et à se contenter de ce que nous avons. Mais est-ce que cette vision fera de nous le meilleur être que nous pouvons devenir ?

Pourquoi passer à coté d’un potentiel énorme simplement parce que nous sous-estimons notre capacité à accomplir de plus grandes choses? J’ai récemment discuté avec un jeune homme qui avait peur de poursuivre des études supérieures parce que certains de ses amis l’avaient mis en garde de comment les cours de philosophie étaient difficiles. La solution paraissait tellement évidente :

Si tes amis t’encouragent à laisser tomber face aux difficultés, change d’amis, pas d’objectifs.

N’importe qui ayant passé à travers un cours de philosophie au cégep sait que ce n’est pas mission impossible. Pour certains, cela peut être plus pénible que pour d’autres, (personnellement, j’ai apprécié) mais il reste que ce n’est pas une montagne infranchissable. Maintenant, imaginez de quoi à l’air votre objectif le plus fou aux yeux de quelqu’un qui l’a accompli. Il est certain que les choses n’arrivent pas d’elles-mêmes, mais si vous savez que vous visez quoi que ce soit d’autre que votre plein potentiel, il est peut-être temps de faire une révision de vos objectifs.

Le scénario inverse serait de compromettre votre potentiel pour un objectif moindre. Dans ce cas, l’objectif sera probablement atteint, et vous devrez regarder en arrière en vous demandant si nous auriez pu faire mieux. Ou encore, vous fixer un objectif tellement facile qu’il ne vous garde pas suffisamment intéressé pour ressentir la passion associée à sa réussite. On ne croit pas qu’il est possible de partir en affaires, alors on tourne en rond au bureau, ou on ne croit pas réussir à avoir un rendez-vous avec un gros client (ou une personne intéressante), alors on vise plus bas et on laisse passer le temps. Il faut aussi faire attention à ne pas en faire moins pour préserver des choses auxquelles nous ne tenons pas en réalité. principalement notre orgueil. Terminons sur le fait qu’il est très improbable de regretter d’avoir donné son 200% pour quelque chose qui nous tenait vraiment à coeur. Donc, qu’a-t-on à perdre si on se fixe des objectifs trop hautd ? Absolument rien.

Posted by yang